Tales of Astora :: Astora :: Edora, terres de l'EstPartagez | 
 
Edora, terres orientales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
Messages : 461

Personnage
Description: [COMPTE PRINCIPAL DU FORUM]. L'écrivain, un vieux personnage au passé tendre et à la vie paisible. Avec sa plume, il donne vie à des mondes et à des univers aussi envoûtants que magiques.


Ven 10 Juil - 21:26

Edora : Explications
Dirigeant Enömar Ifrith (Roi d'Edora)
Capitale Yamrad
PositionÀ l'Est du monde.
ClimatLa plupart des terres y sont arides voire désertiques, mais il subsiste encore des forêts et une flore abondante sur certains endroits.  
Signes particuliersNe provoquez pas la colère des Obliques...


I. Edora



"Que chacun soit enseveli dans le champ de ses pères."


Plaines craquelées battues par les vents, fauves affamés et terrible soif sont le lot de ceux qui s'aventurent dans ce territoire. Le voyageur avisé sait qu'il est préférable d'être accompagné pour en tenter la traversée. Les peuplades locales sont aussi sèches et austères que le sont les terres qui les entourent. Certains groupes n'hésitent d'ailleurs pas à pratiquer l'esclavage au détriment des lois strictes à ce sujet. Mais les habitants de cette région ne sont pas les plus à craindre. Nombre de créatures hostiles parsèment les moindres recoins de ces terres inhospitalières.

La répartition démographique est très inégale. Diverses petites tribus parcourent le territoire en tout sens afin de survivre, car les sédentaires ne font pas long feu. Elles survivent notamment grâce au pillage des caravanes étrangères et aux oasis disséminés ci et là. Bien sûr ils disposent de cartes et chacune de leurs trajectoires est soigneusement calculée. Seulement, ces gens ne connaissent pas la signification du mot "solidarité". Ils savent d'instinct que c'est grâce au groupe tout entier qu'ils subsistent au cœur de ces plaines ravagées, mais cela ne leur a pas apporté la compassion. Si une tribu croise des voyageurs étrangers suffisamment malchanceux pour paraître vulnérables, elle ne fait pas de quartiers. De même, en temps de grand besoin, les tribus peuvent s'affronter pour un peu d'eau, de viande ou le contrôle d'un oasis. Cela est arrivé, et arrivera encore à l'avenir. Car grande est l'indifférence des tribus à l'égard de la vie d'autrui.

Le grand Daâr ("Roi" dans les terres orientales) Enömar est à la tête du pays, lui et sa famille qui règne dans ces lieux depuis maintenant des siècles. Certainement l'une des plus riches familles dans le monde, elle fut la vassale des redoutables Obliques et se vit accorder la royauté en retour. C'est elle qui assembla les neuf plus puissantes tribus sous une même bannière. Les Dâar durent maintes fois faire preuve de courage et d'exercice guerrier pour défendre leur peuple et ses biens des autres tribus pillardes. Enömar est reconnu pour ses exploits de cavalier et général à travers tout le continent. Il lui arrive encore régulièrement que cette force de la nature, désirant de prouver sa valeur, descende dans la fosse aux lions pour se battre en duel. Bien sûr, même si le haut peuple ni croit plus vraiment, le petit lui, continue de vivre à travers ses exploits d'antan.

Puis il y a Yamrad joyau de l'Orient et des Neuf Tribus. Ses hautes murailles la protègent du vent tantôt glacial tantôt sec des terres environnantes. Et à l'intérieur, le cœur commercial de la région, le grand marché. Partout des banderoles, des montreurs, des esclavagistes, des tisserands et des marchands étrangers. Des centaines d'étals se côtoient en permanence sous l’œil vigilant de la garde. Ne quittez jamais votre bourse de vue, comme partout les innombrables ruelles sont truffées de coupes-jarrets et autres mercenaires sans foi ni loi.

Et, au loin, on peut apercevoir les hautes tours de marbre qui datent de l'époque où ces terres désolées abritaient un royaume prospère et redouté. Dans la plus grande d'entre elles logent les redoutables mages Obliques, qui sont les maîtres incontestés de la lévitation et des forces magiques tirées du tissu venteux. A la base de cette tour inaccessible, le Palais de la Pourpre et de l'Or.

II. Les Obliques




Il est dit qu’en Edora, une assemblée de mages exercerait une étrange influence sur Yamrad aux neufs tribus et les régions voisines. Il est dit que cette guilde aux desseins inconnus et aux secrets si bien gardés serait derrière de nombreuses intrigues de ce monde. Beaucoup se sont toujours posé la question sur l’origine et les objectifs d’une telle « secte ». Aucun n’a témoigné à propos de découvertes potentielles.

Au cœur du désert battu par les vents d’Edora, les voyageurs se réfèrent à un étrange phare éloigné de la mer. Une écharde de nacre plantée au milieu du sable et visible à des lieux. Accompagnant les itinérants, les intrus et les nomades. Cette tour toute de blanc vêtue est le siège de nombreuses légendes.
On dit qu’elle surplombe les tempêtes de sables, que les tornades s’inclinent devant elle et qu’elle se tenait là, bien avant que les hommes et les elfes n’arpentent ce monde. Œuvre d’artisans au savoir aujourd’hui oublié, cet édifice et ses mécanismes se tiennent dressés comme tel depuis des millénaires.
Ce dont on est sûr, c’est que les vents les plus puissants d'Astora convergent vers cette tour au pied de laquelle s’érigea la cité de Yamrad. La tour siffle d’un hululement strident, signe que le vent jamais ne faiblit et que sa colère est toujours présente, prête à fondre sur le premier venue. C’est ainsi que Yamrad la riche fut reconstruite trois fois… trois fois où sa décadence fut punie par les bourrasques de la tour d’ivoire.

Cette tour donc, colossale, cyclopéenne atteignant une demi lieue de hauteur s’ancre dans le désert d’Edora. Ses parois lissées par le sable brillent sous la lumière du soleil, seules d’immenses stries lacèrent cette peau de pierre, vestiges des dragons qui s’y sont aventurés. Son sommet visible par tous incorpore une cloche dont il est dit que seul le souffle du jugement dernier viendra la réveiller.

Personne d’autres que les Obliques et la famille royale de Yamrad y sont jamais rentrés, et le silence des deux partis font qu’à ce jour personne ne sait ce qui se trouve à l’intérieure ni l’agencement des sables qu’elle pourrait renfermer.

L’homme meurt, mais la tour elle demeure…

L’on dit que le roi de Yamrad est maître absolu sur les terres d’Edora. C’est faux. Le pouvoir véritable appartient à un dénommé Apôtre Khamsin, titre honorifique délivré au maitre de l’ordre des Obliques. Cet individu à l’identité mystérieuse détient toute autorité en terre d'Edora, autorité représentée par les Sectaires Obliques.
Autrefois preux chevaliers désirant protéger le désert des agressions extérieures, l’ordre prônait l’adoration du vent comme souffle salvateur, porteur de vie, de pluie et de changement. Les Obliques formaient un ordre respecté, proche des besoins de la population, avide de répandre le bien sur les terres d’Edora.

Puis tout changea. Aujourd’hui, malgré leurs immenses pouvoirs, les Obliques se sont avachis, engrossés, dépréciés. Ce ne sont plus que des bureaucrates à l’allure de mages dont les pouvoirs forment une arme à double tranchant, instrument de terreur mais aussi de délivrance pour les populations. Ploutocrates, oligarques, sectaires et incroyablement puissants, les Obliques dirigent le royaume d’Edora d’une main de fer, contrôlant en secret la maison royale de Yamrad. En contrepartie, le roi obtient d’eux une protection absolue, promesses que les Obliques ont toujours tenues par le passé.

Autrefois alliés des dragons, les Obliques se sont peu à peu détachés de leurs mentors, devenant de plus en plus arrogants au fil des générations, se pensant supérieurs à leurs maitres dans la maitrise de l’air. Une guerre pour la suprématie aérienne d’Edora eut lieu autrefois. Une guerre que l’homme a oubliée. Mais les dragons eux n’ont jamais perdu un tel souvenir. Ils ne pardonneront jamais la défaite qu’ils subirent sur la Tour d’Ivoire.

L’Edora est donc la chasse gardée des sectaires de l’Oblique. Personne ne les défie, personne ne les sous-estime. La peur et le respect font partie intégrante de l’aura que les obliques dégagent. Les démons aux noirs desseins eux-même n'ont jamais encore tenté de les vaincre.

Personne ne sait comment les Obliques entretiennent leur ordre, aucun processus de recrutement n’existe et ainsi les rumeurs racontent que ces mages enlèveraient les enfants ayant un potentiel pour les emmener dans leur tour. Leur apprenant leur savoir, avilissant leur esprit par des mots emplis de pouvoirs.

La magie Oblique prend de multiples formes mais ne se base que sur un seul et unique outil, le vent. Le vent peut se faire tranchant, lourd, maitrisé du bout des doigts, capable de raser une ville comme d’apporter la pluie au milieu du désert. Les plus grands Obliques "tordent" les vents et leurs flux. Le vent est synonyme de pouvoir en Edora.
Chaque Sectaire de l’Oblique possède sa propre compréhension et utilisation de la magie du vent, nommé Obilique. On ne peut être préparé à un affrontement avec un Oblique et c’est cela le plus effrayant. Cette magie ne possède ni livre ni incantation définie, c’est l’affinité de l’Oblique avec son élément qui en détermine l’étendu et la forme de ses pouvoirs.

Il existe différents niveaux de maîtrise :
Apôtre Badisad ou juste "Badisad". C'est ainsi qu'on nomme les Novices Obliques. Ils peuvent user des vents mais non pas les invoquer.
Apôtre Shamal : Titre donné aux apôtres initiés. Capables de créer une "torsion" afin d'invoquer les vents. Ne peuvent toutefois en contrôler de trop violents.
Apôtre Dhzari : Titre donné aux apôtres ayant maîtrisé leur première tempête.
Apôtre Karaburan : Titre donné aux apôtres ayant maîtrisé plus de cent tempêtes et ayant loyalement servi l'ordre des années durant. Ils servent de conseillers au maître de la Tour.
Apôtre Khamsin : Titre donné au chef spirituel de l'Ordre et seigneur des nuées.

La Tour, en plus de compter nombre de chambres exigües à l'usage des obliques eux-même (la taille de la chambre ne varie pas selon le rang. Il s'agit là d'une vieille leçon du passé que les Obliques ont retenu malgré ce qu'ils sont devenus : Les détenteurs du pouvoir ne doivent jamais tomber dans le piège du confort.) comporte également trois Chambres Venteuses qui sont de larges espaces que l'ont peut ouvrir complètement grâce à un ingénieux système de panneaux. La première d'entre elles située le plus bas, les Badisal et Shamal s'en servent afin de piéger les vents les plus dociles et d'en observer les flux. La deuxième est usitée par les Dhzari et est donc destinée à accueillir les plus ombrageuses des tempêtes. La troisième quand à elle abrite le Khamsin et ses Karaburan.



Compte principal du site - interdiction d'envoyer des messages-privés.

 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1