Tales of Astora :: Astora :: Edora, terres de l'Est :: Phäris, cité piratePartagez | 
 
[RP] Phäris, cité pirate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
Messages : 461

Personnage
Description: [COMPTE PRINCIPAL DU FORUM]. L'écrivain, un vieux personnage au passé tendre et à la vie paisible. Avec sa plume, il donne vie à des mondes et à des univers aussi envoûtants que magiques.


Lun 13 Juil - 20:33

Cliquez sur l'image pour une plus grande taille



La Cité portuaire Phäris est connue par tous les pirates qui rôdent sur les mers et les personnes cherchant à se divertir. Lieu de rendez-vous de tous ces navigateurs peu recommandés, la ville est un lieu de débauche où l'alcool coule souvent à flot et où les femmes offrent leur corps pour quelques piécettes.

Pillant les navires et terrifiant les marins sur la haute mer, les pirates sont le fléau des océans. Haïs par la majorité, maudits par beaucoup, chassés par les autorités de Yamrad et peu recommandés par les populations locales, les pirates sont des sortes de bandits qui pratiquent une criminalité sur la mer. Ils ne prêtent allégeance à aucun roi ni à aucun autre souverain du genre, prônant ainsi un concept ou plutôt un mode de vie qui épargne la morale et les lois et ce sans dépendre d'un quelconque seigneur ou bien d'un bureaucrate, le tout suivi d'une liberté totale qu'ils s'accordent eux-mêmes et à laquelle ils semblent tout particulièrement rattachés.

La piraterie existait déjà depuis l'époque où l'homme réussi à naviguer en mer. Mais là où elle se concentre le plus, incontestablement, c'est ici, dans la cité libre de Phäris, là où les hommes ont perdu toute Foi en dieu et où pillages, escroqueries et meurtres sont devenus les crédos de la foule. Les voyageurs qui passèrent quelques temps ici rapportèrent qu'il ne se déroulait pas une seule nuit sans que meurtres et assassinat soient commis, sans que tel fils chercha à se venger de tel frère et que tel frère chercha à se venger de tel cousin, s'entretuant ainsi et répandant le sang dans les ruelles de la ville. C'était un grand carnage, disaient-ils, le jour encore il pouvait y faire bon vivre mais la nuit, c'était un véritable enfer sur terre. Particulièrement pour les femmes, qui en aucun cas devaient prendre le risque de s'aventurer toutes seules dehors sans accompagnateur prompt à les protéger.



Compte principal du site - interdiction d'envoyer des messages-privés.

 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1