Tales of Astora :: Gestion :: Création de personnage :: Fiches validéesPartagez | 
 
Hyelorem Ishapa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
Messages : 9
Humeur : écailleuse.
Commentaires : Non.

Personnage
Description: Hyelorem est une fanatique, vouant un culte aux dragons, comme le montre son imposant tatouage de dragon sans son dos, dont il est possible de voir le bout de la queue sur son mollet gauche. Il n'est pas difficile de la remarquer si on la cherche, mais elle sait se faire discrète pour ne pas trop attirer l'attention malgré son apparence différente. Si elle vous aborde ou inversement, tout dépend si elle vous demande votre avis sur les dragons ou non. Si c'est le cas répondre dans son sens la transformera en une connaissance gentille et agréable, a l'inverse, mieux vaut ne pas tenter le diable et lui laisser une occasion de tuer un hérétique de plus: vous.


Sam 18 Juil - 19:22

Hyelorem Ishapa

Nom : Ishapa
Prénom : Hyelorem
Age : 32 ans
Sexe : Féminin
Race : Humain
Groupe : Neutre (a modifier)
Rang : à venir
Croyances : Les Dragons et Orak
Description physique

Hyelorem est une personne fine de par sa taille d'un mètre soixante-neuf que par ses cinquante-quatre kilogrammes. C’est quelqu'un qui mange peu mais qui pourtant, arrive à maintenir une forme physique correcte avec un poids relativement faible.
Elle garde toujours ses cheveux sous formes de longues et nombreuses tresses emmêlées. Sur ces derniers sont parfois attachées des petits anneaux décoratifs.
A cela, s'ajoute la seule tenue qu'elle porte, son habit de prêtresse: Il est léger et constitué de cuir et de fer forgé sous le feu de dragons lui donnant cette couleur particulière.
Cette tenue est avant tout le symbole du culte draconique mais elle remplit  très bien la fonction d'armure légère protégeant la plupart du corps.
Quant à sa deuxième marque montrant son culte: il s'agit de ce grand tatouage de dragon blanc partant de la jambe au niveau du mollet gauche là où la queue se termine. Il remonte ensuite, serpentant jusqu'au niveau du bassin là où le corps du dragon commence. Celui-ci est fin mais majestueux et très bien représenté, il prend une place importante sur le dos de Hyelorem.
Les pattes du bas se terminent au début des cuisses la ou les griffes se déploient  et se referment. Quand celle du haut elles sont équivalentes; les griffes finissent aux niveaux des épaules en se refermant autours de ces dernières.
Les ailes sont elles aussi étendues au maximum, partant du milieu du dos pour passer de l'autre côté du corps et se terminer sous la poitrine. Les griffes et les ailes se referment sur Hyelorem, comme si le Dragon était vivant et s'appropriait le corps. Cela représente sa dévotion de corps pour le culte draconique. La tête quant à elle, est au niveau des omoplates; elle crache une légère flammèche qui se termine dans le cou. Évidemment lorsque la tenue de prêtresse est mise, il est impossible de voir le tatouage en entier. Seule la queue est visible au niveau de la jambe.

Description mentale

Hyelorem est facilement définissable; un mot pourrait suffire: Fanatique. Elle est dévouée à son culte: son corps, son âme, sa vie est son culte. Ses idées et ses objectifs sont régis par son culte.
Cela donne donc une importance particulière aux opinions de ses interlocuteurs, notamment à propos des Dragons. Si elle vous demande ce que vous pensez des lézards ailés il vaudrait mieux que votre réponse soit le plus en accord avec sa vision de ces créatures qu’elle considère comme divine.
Quant aux hérétiques qui ne croient pas, ou pire qui ne les apprécient pas ou se vantent de chasser des dragons en général, ils servent d'excellent sacrifices à la gloire des gigantesques reptiles. Que Hyelorem aura un plaisir a exécuter.
Il n'est pas difficile de se douter que ce comportement est probablement loin de ce que demandaient les dragons dans l'ancien temps, mais son fanatisme est solidement ancré dans des croyances, et dans une vie propice à ce genre de comportements.
Hors de cela, elle est certainement plus d'agréable. Si elle ne vous demande pas votre avis sur sa créature favorite ou lorsque vous répondez dans son sens, elle se montrera sous un aspect plus sympathique que la prêtresse de son culte draconique; hors de la pratique elle est encore une enfant un peu rêveuse et reste une amie très attachée à ses connaissances qui sont peu nombreuses.

Face à des inconnus elle essaye de se montrer discrète non pas à cause de son culte particulier, mais plus par son apparence. En effet celle-ci est pour le moins originale, et facilement remarquable. Donc par expérience, elle évite le contact avec la plupart des gens, et elle évitera aussi les lieux un peu trop fréquentés. Ce qui ne l’empêche pas de s'y retrouver de temps à autres.

Capacités

Hyelorem est une personne qui a vécu en bordure de la civilisation, se battre a toujours été quelque chose de crucial pour elle. Mais malgré cet environnement, elle n'a appris à se défendre qu’a ses treize ans. Mais au final cela lui donne presque vingt ans d'expérience accumulé dans le maniement des armes légères, notamment les dagues.
L’utilisation d'armes si petites lui force donc à esquiver plutôt qu'à encaisser et parer, elle adopte de ce fait un style vif et rapide visant à ne pas laisser le temps a son adversaire de réagir autrement que défensivement. Dans des situations de combat à armes égales elle adopte un style plus confiant et moins épuisant avec parade et blocage.
Dans des situations de combat à main nue c'est une tout autre paire de manche, Hyelorem étant un poids plume elle ne peut que difficilement frapper dur, une attaque directe est souvent exclue mais avec de la vitesse et une prise de position avantageuse en jouant sur son poids elle peut.
Pour finir elle a toujours su se débrouiller pour soigner la plupart des blessures de combats, qu'elle ou ses camarades subissaient pour se défendre, elle a d'abord été une sorte de guérisseuse dans la petite communauté. Alors qu'elle ne savait pas encore se défendre. Ces connaissances lui sont rapidement devenue exclusive à la mort de l'ancien guérisseur. Dont elle obtint le reste savoir sur son lit de mort. L’expérience fit le reste lui donnant un savoir conséquent pour remettre sur pieds la plupart des blessés de combat.
La dernière chose qui la caractérise particulièrement est cette résistance à la faim, il s’agit d’une conséquence suite à sa vie difficile ou la nourriture était rarement présente tous les jours. Elle ne semble donc pas souffrir autant des affres de la faim comme quelqu’un de normal la preuve, est qu'elle reste encore dans des normes acceptables de santé, malgré le peu de nourriture qu'elle mange.

Inventaire

Tout d'abord, son habit de prêtresse, formé de lanière de cuir, et de fer forgé dans des flammes de dragons. Il est léger, et protège à peu près Hyelorem. Cette dernière ne s'en sépare jamais.
Elle transporte également ces deux lames de sacrifices. De la taille d'une dague, elles sont courbées, dans une forme d'arc de cercle, facilitant la décapitation. Elles sont formées dans de l'acier d'une excellente qualité.



Histoire de votre personnage


Hyelorem est née dans les vastes étendues arides du Noara. Dès ses premiers instants elle était déjà source de discorde ses parents étaient de très pauvres itinérants. Ils espéraient un garçon qui pourrait par sa force les aider et les protéger.
Ils étaient si obstinés par l'idée d'avoir un fils et non pas une fille, que le nom du garçon prévu à la base fut attribué à la petite malgré son sexe. La déception des parents fut de courte durée, une dizaine de mois plus tard, un garçon sortit du ventre de sa mère, malheureusement pour Hyelorem, c'était le début des problèmes. Le nouveau-né était le centre des attentions, il était nourri en premier, lavé en premier et habillé en premier. Hyelorem elle était là pour manger ses restes, prendre le peu de lait qui restait dans le sein de sa mère et, prendre les loques déchirées de son frère ou encore ronger les restes et boire le peu d'eau qui restait après le passage de toute la famille.
La famille de Hyelorem était dans un petit groupe, de cinq familles. Celui-ci débrouillait relativement bien dans le désert, par ce nombre qui n'était pas si insignifiant, lorsqu'il s’agissait de se défendre.

Les cinq premières années de la vie de Hyelorem étaient relativement simple, ce n'était qu'une suite de corvées difficiles, généralement elles aboutissaient a rien d'autre qu'une tâche ingrate supplémentaire. Hyelorem n'était qu'un membre non pas secondaire mais tertiaire de la caravane. si elle mourrait, ce ne serait que par bonne mesure que ses parent la pleurerait.
Lors de sa sixième année elle apprenait enfin des taches, un peu moins ingrates elle était heureuse de ne plus avoir à s'occuper des pires tâches toute seule.
Elle apprenait des choses qui néanmoins n'étaient pas si passionnante mais c'était mieux que le reste: une peu de couture, de la cuisine, elle eut même le privilège d'apprendre à conduire une caravane. Cette attention lui donna pour la première fois de sa vie le sentiment d'être enfin appréciée par ses parents.
Puis un jour, comme tous les autres jours dans le désert du Noara, des pillards organisés et nombreux attaquèrent la caravane. Capturant et décimant les quatre autres familles. La carriole de Hyelorem avait quant à elle réussit à s'enfuir mais les pillards étaient à la suite de celle-ci.
Il n'y avait aucune chance de leurs échapper et la petite famille le savait, alors comme une offrande, ils lâchèrent Hyelorem pour que les pillards la capture pour les laisser partir. Cela fonctionna très bien : la petite fille fut capturée comme il se devait et les esclavagistes ne poursuivaient pas la caravane, ne la jugeant pas assez riche ni assez rentable pour épuiser leurs propres montures.
Les pillards esclavagistes étaient nombreux, une soixantaine au total. Un gros groupe bien organisé et avec plusieurs rôles. Chacun s'acquittait du sien et gagnait une part du gâteau. Les esclaves quant à eux s'occupaient de la cuisine, des réparations, de la manutention et aussi des plaisirs charnels quand ils étaient dans un bon état.
Ainsi Hyelorem du haut de ses sept ans n'avait pas les prérequis pour s'occuper de cette dernière tâche, mais ses compagnonnes de voyage elles y avaient plein droit et ceux dès la première nuit après la capture.

Alors que les pillards rentraient dans le repaire: une montagne dressée au sud du Noara. Ils croisèrent des restes d'itinérants qui s'avéraient être la famille de Hyelorem, massacré par un animal imposant en apparence. La petite fille vit donc les restes de ses parents et de son frère, gisant au sol, démembrés et déchiquetés par une créature inconnue. L’ironie du sort est évidente la fillette, dans un sacrifice imposé a survécu a l'inverse de sa famille qui aurait dû s'en sortir par le sacrifice de la petite.

Sa famille restait néanmoins ce qu'elle était et dans toutes ces négligence de leurs parts, il y a bien des gens qui au fond, ont partagés des moments parfois même d'amour envers la petite. Qui plus est malgré l'avenir qui était scellé pour eux, elle en avait un qui était très incertains. Peut-être allait-elle devenir une servante dans ce groupe de brigands? Passer sa vie à aider ces malfrats et perdre son honneur dans moins d'une demi-douzaine d'années?
Sur ces pensées qui certes étaient moins construites à cause de son âge; Hyelorem pleura, elle pleura ses parents et son frère. Elle ne pouvait pas nier qu’au fond, elle les aimait comme ils étaient. Car c’était la seule famille qu’elle avait connue.

C'est avec la Mort dans l'âme qu'elle attendait la fin de ce trajet vers le repaire des pillards. Se demandant ce qui allait s'en suivre. Le repaire était visible à des kilomètres, évidemment une montagne au milieu des dunes ne passe pas inaperçue même si sa couleur est la même que celle du sable. Un des esclaves expliqua à la petite que la montagne était réputée comme interdite, car une créature y habitait, et la gardait. Mais il rigola en pensant que celle-ci ne s'était pas montrée depuis que les brigands s'étaient installés il y a de cela trois mois.
Ils n'étaient plus qu'à quatre lieues de la montagne lorsqu'ils firent halte dans le désert. La nuit noire empêchait d'avancer. Le camp fut en place rapidement et les festivités habituelles commencèrent.
Le repas achevé la soirée véritable commençait : les brigands profitaient des prises matérielles et humaines. Mais au beau milieu de la nuit une ombre frappa du ciel.
Comme tombant du ciel, du feu s'abattit sur le camp, la gerbe de flamme le coupa en deux brûlant une bonne partie du groupe. Alors que l'incompréhension était généraleles flammes tombèrent une fois de plus. Les deux tiers du campement étaient en feu. Hyelorem paniquait elle se cacha sous un des chariots attendant que cet enfer cesse. Et ce fut à ce moment-là qu'il se posa.

Un dragon, un immense dragon s'était posé au milieu du chaos, se débarrassant à coup de griffes et de crocs des intrus qui se trouvaient dans son domaine. Et en quelques minutes la douzaine de survivant restant prit la fuite face à la bête.
La créature fouilla les alentours, brûla les chariots mais lorsqu'il arriva devant celui ou était caché Hyelorem il sentit sa présence. Lentement, il posa sa tête contre le sol pour voir qui dégageait cette odeur. À la vue de la petite, terrifiée. Il murmura ces doux mots qui restent encore gravés dans son esprit:

-Je suis ton ami ma petite, tant que je suis là, il n'y a rien à craindre. Je suis là pour t'aider.

Hyelorem regarda la créature majestueuse puis, les larmes aux yeux, elle rampa vers elle pour se coller instinctivement son visage contre sa tête. Et pour la première fois de sa vie elle ressentit enfin une chaleur bienveillante contre elle. Le temps semblait figé en cet instant : le Dragon bleu observait la petite chose qui se collait contre lui sans peur. La pauvre petite elle, avait entendu des mots qu'elle aurait souhaité sortir de la bouche de ses parents.

Lorsqu'elle finit enfin par se calmer Hyelorem, observa la créature qui d'un bleu azur était époustouflante. Le Dragon, après un élan de cruauté exprimé par son carnage, faisait désormais preuve de compassion. Il fixait cette petite chose, perdue. Sans avenir. Par ses mots il lui redonna de l’espoir :
-Ma petite, tu vois cette montagne? C’est mon domaine, marche jusqu’à la bas, tu y trouveras un refuge. Mais tout d'abord, tu dois dormir.
Sur ces mots le dragon s'affaira à rassembler quelques planches et puis il souffla dessus, allumant ainsi le feu au milieu des débris fumants et des corps. Hyelorem s'endormit au milieu de la scène comme si elle n'existait simplement pas. Le lendemain, Hyelorem se réveilla sur ce qui restait du camp, aucun animal, aucun charognard ne s'était montré et juste devant elle se trouvait une sorte de galet bleuté en apparence. Lorsqu'elle s’en empara elle se rendit compte que ce n'était pas un galet mais une écaille du Dragon. Elle le sera dans sa main, et se souvint des paroles. Elle se leva sans jeter un regard aux corps et se dirigea vers la montagne.

Après quatre heures de marche la petite Hyelorem, épuisée, arriva au pied du pic. Celui-ci était presque surnaturel par sa présence au milieu des sables du désert.  Hyelorem réalisa qu'elle n'était pas au bout de ses peines: quoi que le Dragon veuille pour trouver un refuge elle devrait escalader la montagne.
La petite fille faisait preuve d'un réalisme rare pour son âge mais la vie difficile l'avait forcée à grandir plus vite que la majorité et c'est bien cela qui lui permettait de survivre.

Hyelorem entama l’ascension comme elle le pouvait, heureusement, elle trouva une sorte de voie de passage, qui facilitait l'effort. Alors qu'elle grimpait depuis une demi-heure sans savoir ce qui l'attendait. Deux personnages descendirent par la même voie qu'elle ils étaient légèrement armés et légèrement vêtus. La fillette était étonnée de les voir sur le domaine du Dragon et d'un autre côté, l'étonnement était réciproque aussi du côté de l'homme et de la femme qui descendaient ici-bas.

Hyelorem ne savait pas comment réagir et les questions et interrogations, certes amicales de la part des deux inconnus, la stressait. Mais lorsque la femme s'approcha pour l'observer de plus près elle vit que la petite tenait une écaille de dragon bleu.

-C'est l'écaille de notre Dieu! Elle l'a rencontré!

Sans plus de mots elle invita la petite à la suivre, elle se doutait que ces personnes faisaient partie du "refuge" que le Dragon mentionnait. Elle les accompagna donc s'interrogeant sur ce que ces personnes pratiquaient ici. Au milieu du désert sur le territoire du dragon.
Une vingtaine de minute de marche plus tard elle arriva enfin avec ses guides à l'endroit qui deviendrait sa maison. Situé au tiers de la montagne le temple était une construction un peu vétuste: Creusé a même la roche celui-ci comportait une demi-douzaine de salle. Deux dédiées au culte, une pour le haut prêtre, une qui servait d'infirmerie, une de dortoir commun et la dernière qui permettait de stocker les vivres et les outils. L'endroit ne brillait pas par sa taille mais par la dévotion de tous ses habitants envers le dieu local; le propriétaire de cette montagne: le grand dragon bleu.

L'endroit où s'était installé le culte était au niveau d'un petit plateau à flanc de montagne, d’où ruisselait une source sortie de la terre. Celle-ci s'arrêtait de couler dans un bassin d'une dizaine de mètre de diamètre situé non loin du lieu de vie du culte. Ce bassin attirait les rares oiseaux et animaux vivant dans cette montagne.
Le culte était composé d'une vingtaine de personne tous participants aux tâches pour faire vivre la communauté. En plus de cela il y avait le grand prêtre et le guérisseur. Et la petite communauté survivait dans cette montagne pour adorer les dragons.

Le haut prêtre Kaleat, était un homme grand mais âgé il se vouait a l'adoration des dragons par tout son esprit et tout son corps, dans ses autres moments il menait le groupe et organisait les cérémonies d'hommage. Surtout il connaissait tous les rituels du culte. Le guérisseur quant à lui était Nupom. C’était le plus vieux de tous, un guérisseur sage, qui était tout de suite intéressé par Hyelorem pour transmettre son savoir. En discutant quelques minutes avec Kaleat il fut décidé que la petite serait apprentie guérisseuse.

Hyelorem accepta avec plaisir. Elle qui voulait tant apprendre quelque chose de passionnant. Elle allait enfin apprendre quelque chose qu’elle trouvait vraiment utile. elle pourrait aider ses nouveaux compagnons. La routine s’installa rapidement les journées se succédaient entre les prières et multiples cérémonie, la chasse et l’apprentissage. Ces deux-là occupaient la majorité du temps. La chasse était importante peu de chose vivait ici et presque rien ne poussait aux alentours du bassin. Le gibier était principalement constitué de volatiles vivants dans la montagne et venant se ressourcer au seul point d’eau possible. Parfois un animal se montrait et faisait office de repas, mais il n’est pas rare que de la journée aucune proie ne soit attrapée.

A ce rythme de vie monotone s’ajoutait les incrustions des pillards et des brigands les plus téméraires. La présence du dragon étant un « mythe », certains voulaient se réfugier dans la montagne qui effrayait par cette présence.  C’était la taille du groupe d’intrus qui donnait la réaction : Le dragon bleu ; propriétaire des lieux intervenait et chassait les intrus les plus nombreux. Laissant les victuailles à ses adorateurs. Mais par contre si le groupe était plus restreint le culte s’occupait avec plaisir de chasser l’intrus souvent par la force. Cet acte de se battre pour les dragons était considéré comme sacré. Et mourir au combat pour ces derniers était comme l’acte de foi le plus exceptionnel s’il reste involontaire. Comme dirait Kaleat en expliquant cela :

-Il vaut mieux vivre pour les dragons que mourir pour soi-même.

Les temps étaient très durs, il arrivait parfois que très peu de nourriture soit disponible de la semaine. Puis il arrivait qu’une expédition ayant retrouvé des infidèles trouve également miraculeusement de la viande au passage, qui était différente, ce n’était pas des proies, mais de la viande déjà découpée, personne ne posait de question. Des années plus tard, elle se rendait compte que c’était le pire des sacrifices qu'elle a fait dans sa vie pour les dragons, celui d’aller à accepter des extrêmes pareil qui n'ont rien d'humain.

Vers les treize ans de Hyelorem, Nupom mourut de la maladie. Il fut purifié par le feu dans le dernier des sacrements et s’envola dans les airs pour voler comme un dragon et parcourir le monde. Hyelorem se retrouvait comme la seule guérisseuse et il fallait qu’elle apprenne désormais à se défendre. Une femme qui avait une corpulence à peu près équivalente : Silirn, Décida d‘enseigner à Hyelorem comment défendre malgré son poids mais aussi à porter des coups. En six mois, à la place d’apprendre à chasser mieux, elle apprenait à se battre, et elle savait que à terme maitriser la dague sera très utile.

Elle lui enseigna à manier une dague mais aussi son corps qui était aussi important à maitriser pour utiliser son arme le plus efficacement possible.  Se glisser derrière et frapper du genou ou du coude dans un endroit qui faisait mal, était plus facile à faire pour elle car elle connait les endroits les plus durs à soigner et les plus vitaux du corps humain.

Sa première victime au nom des dragons était un bandit d’une petite troupe de sept. Il maniait une hache lourde et portait une armure de cuir ainsi qu’une capuche pour se protéger du soleil. Celui-ci, tenta quatre fois de la frapper directement mais elle se jouait de lui : ses coups étaient trop lents. Le dernier coup qu’il tenta de porter fut esquivé par une roulade directe, Hyelorem glissa sous la lame de la hache et bondit pour se relever percutant le bandit. Et d’un coup de genou dans le ventre elle bloqua sa respiration et sans attendreelle enfonça sa lame dans la nuque qu’elle fit glisser sur la gauche tranchant à moitié le cou.

Le bandit s’effondra déversant son sang de sa jugulaire sectionnée sur Hyelorem. Pendant une dizaine de secondes elle le regardait, créer une mare de sang sur le sol. C’était aussi facile que de tendre un piège pour un oiseau et de réussir à l’attraper
Félicitée par tous elle ne comprenait pas ; elle voyait encore le bandit vouloir sa mort et puis dans ses mêmes yeux elle vit une seconde après la peur la terreur totale. Ce regard se bloqua lorsqu’il expira pour la dernière fois. Son regard de terreur lui restait dans la tête. Était-ce elle qui avait seulement quatorze ans qui causait cette terreur ? Ce regard elle le voyait à chaque escarmouche contre les intrus, elle finissait par s’y habituer. Au bout de sa cinquième victime elle ne le remarquait plus.

Avec le temps elle apprenait d’où venaient tous ses camarades bien plus âgés : à l’origine un culte existait dans une terre éloignée, la terre du Vaïn, ou le peuple des humains et le peuple des dragons cohabitaient. Les humains vouaient un culte aux dragons et puis un jour une catastrophe se produisit. Causant la mort de la plupart des humains et des dragons le reste s’en alla de cette contrée et le culte s’en alla lui aussi. Les parents de mes compagnons suivirent un dragon illustre qui s’installa dans cette montagne et continuèrent le culte. Ils étaient persuadés que ce culte donnait la force aux dragons, s’ils le continuaient cela permettra à ces derniers de reprendre la terre du Vaïn
Vers les vingt ans de Hyelorem, Kaleat qui se devenait  vieux décida d’enseigner la pratique du culte à celui qui porterait le flambeau. Hyelorem la plus jeune serait celle qui vivrait la plus longtemps, elle était l’espoir de la survie de ce culte. Tous les membres se devenaient vieux et aucun n’a réussi à obtenir une descendance qui survivait dans ces conditions. Hyelorem devait donc s’occuper du culte et de son avenir.

Elle devait quitter toute ses activités habituelles : chasse et entrainement n’était plus son quotidien, Kaleat le remplissait de prières, d’adorations, de cérémonies et d’apprentissage du culte. Elle ne mangeait qu’un jour sur trois pour rester pure. Elle dédiait son esprit au culte draconique : Hyelorem apprenait tous les rituels mêmes les plus exceptionnels. elle savait qu’elle devait rendre hommage tous les jours et toutes les semaines elle devait honorer les dieux par une cérémonie exceptionnelle. Elle savait désormais comment honorer les morts, mais aussi comment préparer la plupart des rituels quotidiens. Maintenant qu’elle avait passée trois ans dans ce rythme de vie difficile. Et une fois cela achevé une chose lui manquait maintenant qu’elle avait donné la dévotion de son esprit. Elle devait donner la dévotion de son corps.

C’est ainsi qu’elle reçut le signe de son allégeance totale pour les dragons : son tatouage sur le dos gravé avec une encre spécifique datant de l’époque du Vaïn. Afin que l'encre blanche s'applique correctement, le tatouage était très long à faire. Il fallut trois jours pour le faire en entier. Le résultat fut parfait et unique. Montrant à quel point cette époque l’avait modifiée. Un autre exemple de ce changement est sa coiffure particulière : de cette manière elle n’avait pas à s’occuper tous les jours de sa chevelure. Cela lui permettait de se concentrer pleinement sur le culte, elle garda donc cette habitude.

Ensuite, il arriva le jour ou Kaleat considérait sa formation achevée. Hyelorem, avait vingt-neuf ans. Elle était désormais remplie de toutes les connaissances de ce culte. Entièrement dévouée pour les dragons. Elle se sentait capable du meilleur et du pire pour ces derniers.  Kaleat entamait donc la cérémonie lui délivrant le statut de haute prêtresse. Celle-ci dura un jour entier avec plusieurs rituels. Une fois cela achevé à la tombée de la nuit, il lui remit la tenue de haute prêtresse du culte.
Celle-ci venait du père de Kaleat, il l’avait apportée du Vaïn. Le fer de la tenue était forgé dans le feu d’un dragon ce qui lui donnait une couleur si particulière et semblable à l’or. Cet habit était la représentation du culte parfaite symbolisant l’union entre le peuple dragon et le peuple humain à travers un travail qui est le fruit des deux côtés. S’ajouta  a la tenue deux dagues tout aussi anciennes et faite pour le sacrifice  elles correspondaient parfaitement a Hyelorem dans son style de combat. Par la taille et le poids léger. Elles étaient tranchantes, et la forme spécifique permettait de facilement décapiter un animal ou autre chose à la gloire des dragons.
Hyelorem était désormais une haute prêtresse après des années d’apprentissage. Elle se préparait à succéder à Kaleat et elle se sentait bien. Heureuse et sereine de pouvoir montrer à quel point elle était capable de rendre au dragon ce qu’il avait fait pour elle. Désormais elle passait la plupart du temps à communier et à méditer. Ne mangeant plus qu’un jour sur deux.
Trois ans plus tard vint ce terrible moment ou une grande caravane se montra à l’horizon de la montagne accompagné par une soixantaine d’hommes. Mais a l’inverse de l’habituelle scène de carnage, le dragon ne les brûla pas. Il ne les attaqua pas même lorsqu’ils étaient au bord du pic. Kaleat interpréta cela comme un signe du Dragon:

-Mes frères et sœurs! Notre dieu ne tue pas les intrus! c'est un défi qu'il nous demande d'affronter!

Hyelorem était d’accord avec cette interprétation et tout le monde semblait être prêt à en finir. Hyelorem savait que la bataille était proche mais alors qu’elle se décidait et voulait mener une attaque pendant la nuit pour éliminer les intrus, Kaleat l’arrêta:

-Hyelorem, mon enfant, tu ne dois pas te battre, ce n'est pas à toi de mourir.

- Kaleat, tu sais l'estime que je porte pour toi; si vous mourrez tous, qui fera le dernier des sacrements?

-Ma petite, si nous périssons tous dans la bataille c'est que les dragons le désirent. Ce seront eux qui effectueront le dernier des sacrements. Maintenant va ! Porte notre culte, porte nos pensées ! Il n'y a pas d'espoir pour toi ici.

Il s'en suivit une séance d'adieu avec tous les membres. Hyelorem regrettait de voir tous ses camarades qui s’en allaient vers un combat sanglant dont elle ne connaitra pas l’issue.  Ce fut les dernières paroles qu'elle échangea avec ses camarades. Les secondes d’après tous s’en allèrent une arme à la main partant combattre, pour peut-être la dernière croisade contre les intrus sur le domaine du dragon. Hyelorem, les larmes aux yeux, rassembla quelques affaires: une gourde et quelques morceaux de viandes. Elle s’empara de ses dagues, pour partir répandre le culte draconique.
Elle savait que le monde était immense et ne se limitait pas qu’à des déserts. Elle voulait rencontrer d’autres croyants, voir d’autres dragons et elle ne savait pas ce qui l’attendait. Encore une fois, l’avenir lui était incertain, certes mais il restait beaucoup plus souriant.



Vous, derrière l'écran


Prénom : Julien de préférence.
Age :  17 Ans
Sexe : Mâle jusqu'aux dernières nouvelles... Oui, c'est toujours le cas!
Loisirs : Beaucoup de jeux.
Un livre : Mein... Blague à part, je mettrais Eragon.
Un film : Il y en a trop pour en dire qu'un seul.
Un jeu vidéo : Supreme commander pour les STR, Crysis pour les FPS
Comment tu es arrivé ? un trou de ver, malheureusement. (Andoris/Kilian)
Un avis sur le forum ? il fait très sombre ici-bas. Mais c'est pour ça que c'est de la dark fantasy? En tout cas ; c'est prometteur!
Un remerciement a Vey et Alastair pour la correction!




avatar
Messages : 91
Localisation : Quelque part sur Astora.
Emploi/loisirs : Dévoreur de jeux vidéo, de films, de séries et de... de tout ce qui peut être lié de près ou de loin aux cultures modernes.
Humeur : Massacrante !
Commentaires : "S'il m'était possible de prier avec ma queue, je serais d'une piété beaucoup plus ardente."

- Tyrion Lannister

Personnage
Description: Personnage masqué mystérieux et pour le moins que l'on puisse dire ambiguë, à l'allure d'un érudit, Alastair est une personnalité qui fait débat au sein de la population locale. Qui est-il? Que cherche-t-il? Quelles sont ses réelles intentions? Tout cela est un véritable mystère, tout comme le personnage en lui même. D'aucuns disent qu'il maîtriserait plusieurs langues et magies oubliées de tous depuis bien des siècles, jalousant ainsi même les plus grands Savants.


Sam 18 Juil - 19:24

Hello, bienvenue à toi !
On espérant que tu te plaises ici !

Hâte d'en savoir plus sur cette fanatique.......


Fondateur et administrateur du site à mes heures perdues!



avatar
Messages : 91
Localisation : Quelque part sur Astora.
Emploi/loisirs : Dévoreur de jeux vidéo, de films, de séries et de... de tout ce qui peut être lié de près ou de loin aux cultures modernes.
Humeur : Massacrante !
Commentaires : "S'il m'était possible de prier avec ma queue, je serais d'une piété beaucoup plus ardente."

- Tyrion Lannister

Personnage
Description: Personnage masqué mystérieux et pour le moins que l'on puisse dire ambiguë, à l'allure d'un érudit, Alastair est une personnalité qui fait débat au sein de la population locale. Qui est-il? Que cherche-t-il? Quelles sont ses réelles intentions? Tout cela est un véritable mystère, tout comme le personnage en lui même. D'aucuns disent qu'il maîtriserait plusieurs langues et magies oubliées de tous depuis bien des siècles, jalousant ainsi même les plus grands Savants.


Dim 19 Juil - 23:30

Bonsoir Hye' !

Bon, on a discuté sur la CB et tu sais déjà ce qui te reste à faire. Essaie de corriger un max de fautes et si jamais il en reste on te fera une liste complète des autres !

Ensuite, le plus gênant est la tournure que prennent certaines phrases. Tu devrais aussi penser à mettre moins de virgules, comme convenu sur la CB ! ^^

Ensuite autre remarque :
"De Noara" ne se dit pas, c'est "Du Noara" tout comme "Du Vaïn". Exemple : "Il est originaire du Noara".

Bon courage, et j'aime beaucoup la fin!


Fondateur et administrateur du site à mes heures perdues!



avatar
Messages : 91
Localisation : Quelque part sur Astora.
Emploi/loisirs : Dévoreur de jeux vidéo, de films, de séries et de... de tout ce qui peut être lié de près ou de loin aux cultures modernes.
Humeur : Massacrante !
Commentaires : "S'il m'était possible de prier avec ma queue, je serais d'une piété beaucoup plus ardente."

- Tyrion Lannister

Personnage
Description: Personnage masqué mystérieux et pour le moins que l'on puisse dire ambiguë, à l'allure d'un érudit, Alastair est une personnalité qui fait débat au sein de la population locale. Qui est-il? Que cherche-t-il? Quelles sont ses réelles intentions? Tout cela est un véritable mystère, tout comme le personnage en lui même. D'aucuns disent qu'il maîtriserait plusieurs langues et magies oubliées de tous depuis bien des siècles, jalousant ainsi même les plus grands Savants.


Lun 20 Juil - 14:10

Validé !

Votre personnage est dorénavant validé.
Une couleur de groupe lui est accordée ainsi qu'un rang (si demandé) : vous pouvez donc entamer des rps et commencer à donner vie à votre personnage avec votre plume !

Pensez à créer un Carnet de bord.



Fondateur et administrateur du site à mes heures perdues!


avatar
Messages : 14
Localisation : Dans la brie
Emploi/loisirs : BTP/Folk metal
Humeur : Nordique
Commentaires : Un bourre pife ?

Personnage
Description: Rollon est un fier Nordien insulaire de 25 ans, Pilleurs, duelliste et tueur de monstres il est quelqu'un de très rustre mais au cœur tendre avec les femme, place l'honneur des combats comme une priorité dans sa vie. Sigvard est le dernier du clan des loups brun, rollon n’ayant plus de clan, s'est ré cament mis sur la voie à dos de cheval en quête d'aventure et désireux de parcourir le monde d'Astora


Mer 5 Aoû - 10:27

Bonne croisade , j'aime la personnalité de ton personnage, difficile socialement


Contenu sponsorisé





 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1