Tales of Astora :: Astora :: Nedora, royaume des hommes :: RockfordPartagez | 
 
[RP] Ruelles de Rockford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
Messages : 461

Personnage
Description: [COMPTE PRINCIPAL DU FORUM]. L'écrivain, un vieux personnage au passé tendre et à la vie paisible. Avec sa plume, il donne vie à des mondes et à des univers aussi envoûtants que magiques.


Mar 30 Juin - 15:10

Cliquez sur l'image pour une plus grande taille



Les ruelles de Rockford, jamais éteintes, jamais désertes. Il y aura toujours un marchand ou une personne qui y passera. La plupart du temps, elles sont bondées de monde, les marchés présents activement jour et nuit ne laissant pas tomber la ville dans un sommeil complet.

Les ruelles sont vivantes, et par vivantes c’est-à-dire que la nature n’est pas laissée de côté même si c’est une grande ville. Cette proximité avec la végétation est visible par le nombre de fleuristes installés sur la grande place ainsi que par le nombre important d’herbes et fleurs poussant un peu partout. Le lierre commence à envahir certaines maisons encore habitées, et cela donne un côté assez charmeur et naturel à la ville qui est pourtant une capitale humaine, commerciale et même industrielle.

On peut voir quelques personnes appartenant à la noblesse se promener dans les rues en compagnie de gens simples. Le quartier résidentiel n’étant pas vraiment séparé par la lutte des classe, les différents rangs de la hiérarchie se côtoient assez souvent. Cela crée des liens entre la plupart des personnes, même si leur « classe » est différente. Les nobles côtoient ceux qui ne le sont pas, et s’interdisent d’utiliser des termes rabaissant comme le feraient des nobles d’autres contrées.

Ceci étant dit pour le côté joyeux de la ville.

En outre, à part la jalousie à peine naissante des non-nobles pour les personnes de la haute société qui commence à grandir à cause de la possession de la plupart des biens par ces derniers, les rues coupe-gorges sont légion et certaines mènent à des maisons closes mal famées et inconnues par le simple passant. Il pourrait arriver que les filles de joie y travaillant soient justement celles qui vous tueront dans la ruelle de leur maison close, pour ne pas que vous ébruitiez le fait qu’untel y travaille.

Des personnes que vous n’imagineriez même pas travaillent dans ces dernières. Quand bien même, les rumeurs sont ce qu’elles sont. De simples rumeurs. Ne pas y prêter attention serait plus judicieux.



Compte principal du site - interdiction d'envoyer des messages-privés.



avatar
Messages : 41
Localisation : Là où me porte le vent.
Emploi/loisirs : Dessiner des moutons.
Humeur : Carpette.
Commentaires : Meh.

Personnage
Description: Passe ton chemin, frère, oublie ma présence, nous ne nous rencontrerons sans doute plus. Ne t'interroge pas sur ma nature, ne pose pas de questions, car je n'en poserai pas. Et si jamais tu venais à me suivre, frère, alors prépare toi. Mon chemin est couvert de cendres.


Mar 21 Juil - 23:40

La nuit, tous les hommes sont gris

PV : Maitre Joueur ; Ruelles de Rockford, 3h du matin

Lueurs solitaires dans le ciel nocturnes, brillaient étoiles et lunes. Les astres immaculés progressaient d'une cadence lente mais certaine dans la sombre voûte céleste, témoins du temps inépuisable. L'heure était au silence et aux murmures. La période des beuveries et des festivités était passée depuis plusieurs heures déjà. La ville dormait de tout son soûl. Seule dans la nuit, Sheiran marchait. Elle appréciait l'air frais que procuraient les rues désertes, et ce fut dans une tranquillité silencieuse qu'elle s'avançait hasardeusement. L'elfe avait toujours trouvé les ruelles de Rockford accueillantes, quelle qu'en soit l'époque. Il y avait cette impression de vie permanente, même lorsque toutes les chandelles étaient soufflées, qui donnait la certitude de ne jamais être totalement abandonné. Sheiran aimait cette ville. Elle avait été le bastion de sa bien-aimée Norrak'Miin, point de repère parmi des entendues sauvages.

S'enfonçant dans les ruelles abyssales, l'elfe aux cheveux de feu nota distraitement qu'il lui avait fallu bien la moitié d'une vie humaine pour mémoriser les plans de la ville parfaitement. Et même avec cela, son éternelle expansion ne lui facilitait pas la tâche. Preuve était qu'elle ne se souvenait que vaguement le chemin emprunté pour parvenir jusqu'ici. Haussant les épaules, Sheiran arrêta finalement sa route devant une petite fontaine et s'y assit. L'eau pure lui renvoya son reflet fidèle, légèrement floué par les vaguelettes qui l'atteignirent, causées par une feuille déchue. L'elfe s'observa longuement. Si les années ne s'affichaient pas par rides sur son visage, ses traits tirés et fatigués ne mentaient pas sur l'épuisement qui la saisissait depuis maintenant de nombreux mois de recherches vaines.

Sa quête semblait vouée à l'échec. Soupirante, Sheiran balaya son image aqueuse d'un revers de la paume, levant les yeux vers le ciel. Tout lui semblait inutile, dans cette nuit si silencieuse...






avatar
Messages : 14


Mer 22 Juil - 0:33

Holmir

Un modeste citoyen de la ville de Rockford mesurant 1m73 tout au plus et ayant une corpulence que très peu développée.

L'individu s’aperçut bientôt qu’il avait, comme d'habitude, surestimé sa résistance aux alcools et oublié leur action néfaste sur son organisme. "Je me fais déjà vieux pour toutes ces conneries..." se répétait-il souvent, bien que cela ne l'empêchait pas de mettre fréquemment les pieds dans les nombreuses tavernes de la ville et de picoler toute la nuit jusqu'à en crever.

Dans la taverne où il était tout juste précédemment avant de se faire traîner sur le sol puis éjecter violemment de cette dernière, par ceux que l'on appelle les "videurs", Holmir s'était disputé avec deux nains qui ne partageaient pas le même avis que le sien concernant les femmes elfes et leur beauté dite à jamais inégalée. Les deux nains étaient convaincus que les plus belles femmes au monde n'étaient autres que les naines, et à cela ils rajoutaient qu'elles étaient les plus aptes à devenir de bonnes mères. Ces deux-là étaient connus de tout le quartier comme étant de gros gaillards, des voyous qui nouaient des liens avec des réseaux de bandits et de criminels dangereux dans toute la citadelle. Évidemment, Holmir ignorait cela, et très vite il regretta de s'être pris le chou avec eux : sous l'emprise de l'alcool, il se permit de faire des remarques déplacées et de proliférer des insultes sur les nains. Il se fit ensuite traîné par les fameux videurs et fut jeté dehors comme une vulgaire serpillière. L'un d'entre eux en profita pour lui cracher dessus et lui promit qu'il n'en ressortirait pas indemne la prochaine fois, s'il s'avisait de remettre les pieds dans cette taverne.

[...]

Il était désormais 3h du matin et il vagabondait dans les ruelles de la cité, toujours sous l'emprise de l'alcool et désorienté, épuisé et manquant cruellement de sommeil. Malheureusement pour lui, il ne pouvait pas rentrer dans sa demeure et rejoindre le lit de son épouse - car elle risquerait de reconnaître l'odeur de l'alcool, et le vieux bougre n'était pas d'humeur à supporter ses caprices et faire face à sa colère. Alors il marcha, longuement, se remémorant le passé et parfois s'arrêtant puis s'asseyant sur un banc, juste le temps de se reposer quelques instants. Il reprenait la marche quelques minutes après...

Finalement, il arriva près d'une petite fontaine où, à sa grande surprise, se tenait une jeune dame assise. Le gentleman qu'il était redressa tout de suite ses épaules et tenta tant bien que mal de se tenir droit, bien que son état d’ivresse était évident et fulgurant.

- Qu'avons-nous là..... une si jolie femme seule et sans accompagnateur, au beau milieu de la nuit...? C'est pas bon, ça...  


Ce message a été posté par Alastair.



avatar
Messages : 41
Localisation : Là où me porte le vent.
Emploi/loisirs : Dessiner des moutons.
Humeur : Carpette.
Commentaires : Meh.

Personnage
Description: Passe ton chemin, frère, oublie ma présence, nous ne nous rencontrerons sans doute plus. Ne t'interroge pas sur ma nature, ne pose pas de questions, car je n'en poserai pas. Et si jamais tu venais à me suivre, frère, alors prépare toi. Mon chemin est couvert de cendres.


Mer 22 Juil - 0:55

PV : Maitre Joueur ; Ruelles de Rockford, 3h du matin
Les paroles hoquetantes de l'homme, presque murmurées, tirèrent Sheiran de sa somnolence passagère. Ses yeux cristallins se tournèrent tranquillement vers son interlocuteur. Un homme modeste, dans l'âge mur de sa race. Malgré ses titubements, il tentait de se tenir droit. Une lueur de pitié traversa le regard de l'elfe. La soirée de cet humain était facile à retracer, elle était criée dans tous ses gestes.

Vous êtes saoul, affirma-t-elle d'une voix douce et mesurée.

Elle ne ressentait pas de menace venant de lui. Et quand bien même il lui viendrait l'idée incongrue d'importuner l'elfe, cette dernière n'aurait pour ainsi dire aucun mal à se défendre. Mais la méchanceté semblait peu présente du regard de l'homme, qui bien que visiblement éméché, semblait ne pas faire un pas vers elle et se tenait à une distance raisonnable. Dans un soupire, Sheiran glissa sur le bord de la fontaine, laissant de la place près d'elle, faisant signe à l'homme de la rejoindre.

On dit souvent que la nuit porte conseil, mais il semblerait que celle-ci soit particulièrement impitoyable. Avez-vous une histoire à lui raconter ? Il s'agit sans doute de la plus silencieuse des confidentes. Sa voix n'était plus que murmure.

Les instants entre sommeil et éveil était précieux, songea Sheiran. La conscience s'avérait plus claire, limpide. Partager un de ces moments ne la dérangeait pas. D'autant plus que son malheureux interlocuteur semblait en avoir besoin.






avatar
Messages : 17

Personnage
Description: Une guerrière fière et farouche à la peau clair et à la chevelure rouge, déterminée et bornée. Erika est donc une skalde du clan Loups de givre, principalement réputée pour sa ténacité et son manque de tact affolant. elle peut très bien être une amie comme une ennemie, tout dépend de l'approche qu'on a avec elle. Cependant son aspect guerrier ne cache pas sa féminité bien présente.


Dim 26 Juil - 20:41

La jeune femme poursuivit sa route jusqu'à l'auberge la plus proche. Là bas Erika commanda de quoi se rassasier. Une miche de pain et une soupe lui furent servit. Elle se nourrit tant bien que mal de sa maigre pitance, couvert de la cape du jeune homme l'ayant délivrée, la capuche rabattu sur son crâne cachant la plupart de son visage dans l'ombre. La lumière de l'endroit était particulièrement basse, deux ou trois torches étaient animées par des flammes, une odeur âpre d'alcool et de viande séchée occupais la pièce où se situais la jeune Skalde. Cela n'était pas nouveau pour elle mais... elle ne comprenait pas trop pourquoi les hommes du Sud voulait à tout prix vivre dans des endroits fixes.. Peut-être aura-t-elle la réponse un jour et qu'elle comprendra un peu plus le monde en dehors de chez elle. Elle loua une chambre et passa la nuit dans cette auberge miteuse.

Le jour se leva paisiblement et réveillée par le chant d'un coq la nordique se leva péniblement. En se servant de sa main comme d'une jalousie pour parer les rayons du soleil qui se levait doucement. Elle soupira, enfila sa cape, se coiffa du mieux qu'elle pouvait et sortie de l'endroit.

Avant qu'elle ne passe le seuil de la porte elle demanda à l'aubergiste si il ne connaissait pas quelqu'un capable de la guider vers le Nord. Celui-ci répondit qu'il n'en savait rien et qu'elle devrait mener son enquête à Rockford, la Capitale du Nedora, ville la plus proche des environs.

Elle se mit alors en direction de la ville qui était approximativement à une journée et demie de marche de sa position...




Le temps passa, la Nordique marcha sans relâche jusqu'à destination. Il faisait nuit et elle entra sans problème dans la Capitale, les gardes ayant juste inspecter sa cape, ils la laissèrent entrer. Les ruelles étaient éclairées par des petites lanternes en toiles où brûlait une petite flamme au centre dont la lueur était amplifié par les faces immaculée qui la couvrait. La jeune Nordique était impressionnée par l'architecture des lieux, c'était un monde nouveau qui s'offrait à elle, de nombreux poème lui vinrent en tête lorsqu'une personne lui saisit le bras. Elle lui lança un regard foudroyant lorsqu'elle remarqua le corbeau de sa cape sur la tenue de son "agresseur"

-Où avez-vous eu ça? Lâcha-t-il sur un ton agressif.

-Une personne qui la portait me l'a offerte, il avait de longs cheveux noirs, lâchez moi avant que je vous casse le nez.

L'homme relâcha l'emprise et demanda:

-Le maître vous a fait ce cadeau?

-S'il s'agit de votre maître vous devez savoir où il est ! J'aimerais le revoir

-... Suivez moi. Et ne tenter aucunes fourberies ou je...

Erika soupira et lui montra les dessous de sa cape.

-Vous pensez vraiment que je vais le tuer avec ce que je porte sur moi?

Le serviteur se tut et lui demanda de la suivre une nouvelle fois en se dirigeant vers une rue plus... riche. Ce qui causa l'émerveillement de la jeune Skalde. C'est alors qu'ils s'arrêtèrent devant les grilles d'un immense terrain et d'une grande demeure. Sur le portail de fer qui devait bien faire trois mètres, la jeune femme distingua le corbeau qui semblait être le blason de cette famille. Le serviteur ouvrit la grille et entra dans la demeure, la jeune femme encapuchonnée sur les talons.

Une fois dans le Hall, le serviteur demanda à Erika de rester ici puis il partit chercher son maître.




avatar
Messages : 17
Localisation : Nord
Emploi/loisirs : Informaticien

Personnage
Description: Jeune vampire âgé de 30 ans, Vey'len a su garder le contrôle de son esprit après sa transformation. Vivant principalement la nuit, il les passe à chasser les démons et à traquer celui qui l'a fait sombrer : son père Terehyn. Vey'len cache la couleur de ses yeux par une illusion magique ainsi que ses pouvoirs et se fait passer pour un humain.


Dim 26 Juil - 21:56

Après avoir passé plusieurs heures à prier près du tombeau de sa sœur, le jeune vampire retourna dans son manoir. Mirine, sa mère, l'attendait dans le hall. Elle était ravie que son fils sorte enfin du manoir après ces cinq longues années d'hibernation. Le jeune vampire se mit à genou et lui raconta comment sa mission s'était déroulée, de son arrivée au marché au meurtre des trois marchands, en passant par l'achat de la nordique. Il avait un peu honte de s'être emporté de cette façon lorsque sa dague avait tranchée la gorge du premier vendeur, mais cela ne sembla pas choquer Mirine.

Vey'len se sentait épuisé. Il demanda à sa mère s'il pouvait être congédié, puis se dirigea vers sa chambre. Le sommeil le rattrapa rapidement. Sa nuit fut cependant remplie de cauchemars. Il revit la scène qu'il avait vécu dans la journée, mais c'était sa sœur qui était présente dans la cage. Contrairement à la nordique, il arrivait trop tard pour la sauver. La réalité se mélangeait à ses souvenirs de cette terrible journée où il sombra.

Il se réveilla brutalement. Il était en sueur. Il appela une de ses servantes qui lui fit couler un nouveau bain. Celui-ci le détendit et il s'endormit à nouveau, le corps presque entièrement plongé dans l'eau. Ce nouveau sommeil fut calme et le jeune vampire arriva enfin à se reposer.

Lorsqu'il se réveilla, il se rendit compte que la servante était encore présente dans la pièce. Il avait oublié de la congédier et celle-ci ne pouvait pas quitter la salle sans son autorisation. Il lui fit un geste de la main pour qu'elle puisse retourner à ses occupations.

Il se rendit alors à la bibliothèque afin de voir s'il pourrait trouver des informations sur les Bourouks, ces vendeurs d'enfants qu'il avait laissé filer lors de sa précédente mission. Pendant ses recherches, un de ses serviteurs l’interrompit pour l'avertir qu'il avait découvert une jeune femme qui portait la cape de sa famille dans les ruelles de Rockford. Un sourire se dessina sur son visage. Elle avait réussi à s'enfuir du marché. Il se demanda intérieurement pourquoi celle-ci s'était rendue à Rockford, un lieu qui devait paraître fort peu accueillant pour un nordique.

Lorsqu'il entra dans le hall, il vit la jeune nordique qui observait un des tableaux de ses ancêtres. Tout son corps était caché par la cape, il n'était d'ailleurs pas certain qu'il s'agissait de la même personne. Il lui fit une révérence.

- Bien le bonsoir, jeune Dame. Je suis ravi de voir que vous avez accepté la liberté que je vous ai offerte. Je suis... confus d'avoir dû vous quitter précipitamment lors de notre dernière... rencontre.


avatar
Messages : 17

Personnage
Description: Une guerrière fière et farouche à la peau clair et à la chevelure rouge, déterminée et bornée. Erika est donc une skalde du clan Loups de givre, principalement réputée pour sa ténacité et son manque de tact affolant. elle peut très bien être une amie comme une ennemie, tout dépend de l'approche qu'on a avec elle. Cependant son aspect guerrier ne cache pas sa féminité bien présente.


Lun 27 Juil - 18:09

Erika en attendant, Vey'len regarda les tableaux et autres décorations du Hall lorsqu'elle entendit une voix l'interpellait. Elle se tourna faisant légèrement voler le bas de la cape et enleva sa capuche révélant ainsi sa chevelure flamboyante et son visage fin de femme du Nord.

-Confus? Pourquoi? Je n'avais aucunes envies de discuter plus que ça avec vous sur le moment, mais des question me taraude depuis ce moment. Pourquoi m'avoir libérée?


avatar
Messages : 17
Localisation : Nord
Emploi/loisirs : Informaticien

Personnage
Description: Jeune vampire âgé de 30 ans, Vey'len a su garder le contrôle de son esprit après sa transformation. Vivant principalement la nuit, il les passe à chasser les démons et à traquer celui qui l'a fait sombrer : son père Terehyn. Vey'len cache la couleur de ses yeux par une illusion magique ainsi que ses pouvoirs et se fait passer pour un humain.


Lun 27 Juil - 19:17

Le jeune vampire releva la tête et, dès qu'il vit la couleur de ses cheveux, il sût qu'il s'agissait bien de la personne qu'il avait aidé la veille. Il était ravi de la savoir vivante mais il ne pouvait se permettre de laisser entrevoir ses émotions.

- Pour vous avouer la vérité, je pensais que vous souhaiteriez vous venger de ces trois hommes. Sachez qu'il y a... très peu de chance pour qu'ils s'en prennent à vous de nouveau. Veyl'en avait hésité sur la façon de formuler sa phrase. Il se sentait idiot car la nordique qui se trouvait devant lui devait déjà avoir plongé tête devant dans l'horreur de ce monde. Puis-je savoir ce que vous faites dans cette magnifique ville qu'est Rockford ?


avatar
Messages : 17

Personnage
Description: Une guerrière fière et farouche à la peau clair et à la chevelure rouge, déterminée et bornée. Erika est donc une skalde du clan Loups de givre, principalement réputée pour sa ténacité et son manque de tact affolant. elle peut très bien être une amie comme une ennemie, tout dépend de l'approche qu'on a avec elle. Cependant son aspect guerrier ne cache pas sa féminité bien présente.


Lun 27 Juil - 19:29

Erika resta stoïque. Elle regarda Vey'len de haut en bas avant d'enlever la cape et de la lui tendre.

-Premièrement on m'a dit que pour rejoindre le Nord je trouverais sans doute quelqu'un dans cette ville. Deuxièmement si je me trouve devant toi c'est parce que c'était le seul endroit qui me semblait familier à cause de l’emblème de ta maison. Et puis j'en profite pour te rendre ta cape, ça ne me convient pas, ça me gratte la nuque.

La jeune femme n'avait aucunes gènes, le problème étant qu'elle n'avait pas reçu l'éducation noble du Nedora mais elle s'en fichait pas mal.


avatar
Messages : 17
Localisation : Nord
Emploi/loisirs : Informaticien

Personnage
Description: Jeune vampire âgé de 30 ans, Vey'len a su garder le contrôle de son esprit après sa transformation. Vivant principalement la nuit, il les passe à chasser les démons et à traquer celui qui l'a fait sombrer : son père Terehyn. Vey'len cache la couleur de ses yeux par une illusion magique ainsi que ses pouvoirs et se fait passer pour un humain.


Lun 27 Juil - 20:41

Vey'len détourna le regard. Il avait déjà vu cette femme dans cette accoutrement mais il n'avait pas pu faire autrement à ce moment.

- Demandez à Lydelyne de lui apporter de quoi se vêtir, ordonna-t-il au serviteur qui avait amené la nordique dans sa demeure. Mais où sont mes manières... Vey'len Deragor, pour vous servir. Il accompagna sa présentation d'un geste gracieux de sa main droite. Vous souhaitez rejoindre le Nord ? Je peux vous fournir de quoi le rejoindre, pour me faire pardonner de la... façon dont s'est déroulée notre première rencontre. Vous pouvez vous reposer ici en attendant si vous le désirez.


Contenu sponsorisé





 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1