Tales of Astora :: Astora :: Noara, désert du mondePartagez | 
 
Noara, Désert du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
Messages : 461

Personnage
Description: [COMPTE PRINCIPAL DU FORUM]. L'écrivain, un vieux personnage au passé tendre et à la vie paisible. Avec sa plume, il donne vie à des mondes et à des univers aussi envoûtants que magiques.


Jeu 2 Juil - 11:08

Noara : Explications
Dirigeant Jubal Al-Ferah (Roi Sablique)
Capitale Saâbre
PositionDans l'Est du monde, au Nord de l'Edora et à l'Est du Nedora.  
ClimatLa vie y est difficile à vivre et le climat aride, et le peu d'oasis et de créatures à chasser au sein du Continent n'arrangent pas forcément les conditions de vie des Nomades.
Signes particuliersIl existe dans ces contrées-là de nombreuses créatures coriaces susceptibles de vous attaquer lors de vos convois, ou de vos voyages. Entre les Vers Géants, les Scorpions Rouges et les Harpies, vos vies y seront constamment exposées aux nombreux dangers qui vous guetteront alors en permanence.


I. Le Désert



Si le désert est absent, il a toujours une face étonnante, dire que le désert est un néant n'est   peut-être  que la projection du vide que notre cœur couche dans ses nuits.

Ce désert est peuplé pour celui qui a allumé la lampe de son âme, alors une grande présence naît, alors le rien devient un tout.

Ce désert-là est le lieu des rencontres des hommes avec leur âme et des hommes avec dieu, à ce moment l'amitié ne se base plus sur des choses matérielles, sur le dégoût du monde des éthiques, mais sur le combat des illusions qui viennent hanter notre sommeil profond.

Et dans ce désert-là, on cherche l'intimité, la sérénité avec la divine éternelle, alors on aime son coeur et son prochain, alors la vie sillonne les plaines vers lesquelles on se sent irrésistiblement attiré dans l'infini grandiose et l'union, sans projection d'une religion.


Par-delà les vertes plaines et idylliques forêts, loin à l'Est, les cruelles dunes du Noara s'étalent sous un soleil écrasant. Les lois y sont différentes, elles se résument à un terme: survivre. Nombre de bandits expérimentés et prompts à traquer les caravanes imprudentes parcourent ce territoire abandonné des dieux. Il est pratiquement impossible de leur échapper, leur science du pistage et leur vitesse de déplacement étant parfaitement adapté à leur environnement.
Jubal Al-Ferah règne sur ce territoire, héritier du dernier Roi.
Les brigands se déplacent par petites bandes, mais certains rescapés affirmeraient être tombés sur des hordes de centaines de guerriers menés par un chef autoproclamé. Les nomades toutefois, ont la mainmise sur ces terres, et s'il est vrai que les malfrats ont gagné en puissance, ils ne peuvent toujours pas se comparer aux troupes du Clan Ferah. Les Uhluk en particulier, ces soldats experts dans le maniement de l'épée ayant en plus acquis une maîtrise de la pyromancie plus que convenable. S'ils ont acquis ces pouvoirs c'est notamment grâce aux enseignements de l'école de Sahil.
Mais les bandits et la chaleur ne sont pas les seuls adversaires à redouter en ce territoire. Des esprits démoniaques parcourent également ces terres, s'en prenant aux êtres humains ou les épargnant à leur gré. Nombre d'entre eux sont millénaires, et d'aucuns disent qu'ils sont faits d'air et de feu. On les nomme Djinns.

Les villages sont peu nombreux et disséminés, bâtis autour des rares oasis où les habitants cultivent la terre et élèvent du bétail. Le nombre de soldats dans ces localisations est assez élevé, à cause bien entendu des bandits. On y trouve également de nombreux petits mages, à même de tendre des pièges runiques assez dissuasifs pour la plupart des troupes de hors-la-loi.

Puis il y a Saâbre, la capitale qui n'a cessé de briller depuis le siècle de son édification, flèche d'or et d'orichalque lancée vers les cieux. Immense, elle est l'image même de la magnificence pour les nomades.
Pourtant, d'aucuns disent qu'à force de se réfugier à l'intérieur de ces murs, le peuple nomade s'est affaibli et corrompu, qu'il a oublié les Vraies Paroles enseignées autrefois par le désert, et qu'il se repose trop sur la magie et la force, à l'instar des populaces de l'Ouest. Les pratiques esclavagistes s'étant multipliées viennent appuyer ces critiques. La corruption ne connaît plus de borne au Noara, mais les dirigeants (anciens membres du Clan Ferah, ou clan du feu ayant pris le pouvoir) ont créé nombre de troupes d'élites se divisant en plusieurs garnisons, comportant épéistes, archers, hommes de foi et mages de guerre. Ils imposent leur bon droit au peuple grâce à ces troupes incorruptibles et craintes.

Les membres du Clan Zehrin (clan du Ciel) ne cachent pas leur hostilité au régime imposé par les maîtres de Saâbre et ne s'aventurent presque jamais dans la ville, demeurant dans les Sables en signe d'insoumission. Les hommes de ce Clan sont parmi les plus durs de l'Est et leur éloignement de toute civilisation ne les empêche pas de pratiquer eux aussi la pyromancie, sous une forme plus sauvage. On nomme les membres du clan Zehrin capables de dompter les flammes les Zahirin. Ils restent le seul adversaire valable pour les troupes du clan Ferah, et tous en ont conscience. Plusieurs escarmouches ont déjà eu lieu, mais jusqu'ici aucune confrontation directe n'a pris place. La grande crainte des dirigeants serait l'Union des clans du désert sous l'égide des Zehrin, mais jusqu'ici ces derniers se sont montrés trop farouches et brutaux pour s'attirer des alliés. Cependant, les temps changent et cette nouvelle ère porte les graines d'un avenir que certains entrevoient radieux. Arik Al-Nissar, le nouveau chef du clan est résolu à interrompre la lente descente aux enfers du Noara, et ils disent que même la Mère des Tempêtes ne pourra l'arrêter. Jubal Al-Ferah, Haut-Seigneur du Noara, est résolu lui à ne pas laisser son ennemi gagner le cœur de son peuple. Quitte à sceller des alliances que d'aucun jugeraient contre-nature...  



Compte principal du site - interdiction d'envoyer des messages-privés.

 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1