Tales of Astora :: Général :: EncyclopédiePartagez | 
 
Mythes, légendes & contes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
Messages : 461

Personnage
Description: [COMPTE PRINCIPAL DU FORUM]. L'écrivain, un vieux personnage au passé tendre et à la vie paisible. Avec sa plume, il donne vie à des mondes et à des univers aussi envoûtants que magiques.


Lun 6 Juil - 12:22

Thalron, seigneur des arbres

Il n'est pas rare de rencontrer des entités et des esprits aux apparences et aux origines incompréhensibles dans l'univers de Tales of Astora. Ces entités voyagent sur la surface du monde, errants dans les terres à la recherche de leur salut. Parmi eux, il en fut un du nom de Thalron. Le Seigneur des Arbres.



Thalron naquit pour la première fois dans les fins fonds du Vaïn, dans un terrain boisé et obscurci par les grands arbres, dans le milieu du deuxième âge. Lorsqu'il apparu pour la première fois, des rayons de lumière pénétrèrent le lieu à travers les branches de la forêt, et ils lui brulèrent les yeux. Très vite, il s'en écarta, essayant de trouver un abri et de fuir cette chose qui venait tout juste de lui faire du mal. La lumière provoquait des fissures sur sa peau, et de cette peau fissurée l'on pouvait apercevoir un vide. En lui, il n'y avait que néant.

Thalron ne tarda pas à s'abriter très vite sous une grotte qui se tenait non loin de la clairière. Dans cette grotte, les ombres régnaient en maîtres et étrangement, il appréciait cela. Auprès du noir il trouva le réconfort et la paix, une certaine sérénité. Il pensa alors que la lumière était synonyme du mal et que l'ombre était synonyme du bien : les Ténèbres devinrent sa demeure, son abris et son lieu de vie.

Les Esprits sont des êtres très variés, incompris et souvent exotiques. Certains peuvent être perçus par l’œil humain tandis que d'autres demeurent invisibles, ou visibles seulement par de rares espèces animales. Thalron, quant à lui, n'était visible par personne. Du moins, c'est ce qu'il croyait. Durant les premières semaines il parcourra cette forêt, toujours évitant les coins éclairés par la lumière. Et ce lieu lui plaisait énormément, sur son trône il écoutait les arbres lui murmurer des choses et les feuilles de la forêt l’envoûtaient avec leur mélodie. Cette fameuse forêt noire n'était visitée que par de très rares occasions, et si des silhouettes se manifestaient quelques fois, eh bien ces dernières appartenaient à de simples voyageurs ou des passants. Quand Thalron les apercevait, il les fixait attentivement et se demandait d'où pouvaient-ils bien surgir ? Ces gens-là, avaient-ils des arbres comme demeures eux aussi ? L'esprit de la forêt n'ayant jamais quitté ce terrain, le monde extérieur et ses infinis mystères lui étaient totalement inconnus.

Des siècles durant il resta dans cette forêt, seul et égaré du monde extérieur. Se tenant fièrement sur son trône, il pensa beaucoup, réfléchit à divers sujets et tenta de philosopher sur le monde ainsi que sur sa propre nature, lui qui ne connut qu'une pauvre forêt parmi tant d'autres comme lieu d'habitat et qui pensait que ce dernier représentait tout l'Univers. Il resta immobile parfois durant des siècles entiers, et longtemps il demeura seul. Et heureux.


Jusqu'au jour sombre où une flèche enflammée tomba près de lui, sur le sol, enflammant par la suite le feuillage. Il fut effrayé la première fois et se leva de son trône, mais rapidement ce fut la colère qui prit le dessus. Quelques minutes après, une dizaine d'autres flèches voltigèrent vers lui, réduisant les arbres et les feuilles autour de lui en cendres.

Des villageois en colère s'avancaient vers lui, en groupe, munis de torches, de haches et de fourches. Certains s'étaient même équipés de lames de faux. Ils marchèrent vers lui et le menacèrent de quitter rapidement les lieux.

"Va t-en, Enfant de Sirith, nous n'voulons pas d'abomination telle que toi par ici ! Disparais dans l'ombre d'où tu es issu !"

Enfant de Sirith? Abomination? Les mots que les villageois vinrent tout juste de prononcer lui étaient inconnus. En vérité, il ne comprenait pas la raison de tout cela. La raison de leur démarche hostile. La forêt ne leur avait-t-elle pas appris à profiter des mélodies de la nature et du bon vent ?

La présence de ces villageois était due à une prophétie. En effet, dans le village d'où ils étaient originaires une femme donna naissance à un enfant que l'on surnomma : "Yrelta, Œil-de-Serpent", car la pauvre petite avait réellement un œil de reptile. Cet enfant était doté d'un don rare, celui qui lui permettait de prédire l'avenir. Sa prophétie fut brève : "Bientôt, la forêt se mettra en colère, elle invoquera le Jugement Sacré et vous périrez tous, jusqu'au dernier, pour vos vices et vos méfaits. Nulle vie humaine ne subsistera dans cette contrée...".

À la même époque, les villageois avaient eu vent de l’esprit de la forêt, d'une entité qui hanterait la forêt d'à côté depuis voilà des siècles. Ils ne prêtèrent que très guère attention à cela jusqu'au jour où la prophétie fut annoncée, et ils se rappelèrent des vieilles rumeurs échangées par les voyageurs et les passants du coin, des rumeurs qui faisaient allusion à l'esprit de la forêt.

Ainsi les villageois chassèrent Thalron, et durant des années on ne le revit plus.

Pendant quelques années l'esprit ne revint plus en ces lieux, les pas et les bruits ne se firent plus entendre. Cependant, dans une nuit pleine où les nuages cachaient entièrement la lune, pendant que les villageois fêtaient l'arrivée d'un nouveau-né en ce bas monde, quelque chose de grand et de lourd se faisait entendre dehors. Quelque chose de noir, déformé et de sombre, se tenant devant les portes du village.

La prophétie s'accomplit alors.

Nécromancie




La Nécromancie (ou nécromantique) est une discipline mésestimée depuis son origine. On l'accuse de profaner, de détruire, de corrompre. Les plus ignares affirment même que sa nature serait "démoniaque", tandis que rien n'est plus faux. La nécromancie, comme toutes les formes de magie, n'est qu'un outil. Cependant son champ d'action particulier a suffit pour la stigmatiser par rapport aux autres disciplines. Pour beaucoup en effet, jouer avec la mort et ses manifestations constitue un sacrilège impardonnable. Cependant, ce serait nier la richesse extraordinaire de cette discipline que de la réduire aux critiques portées à son encontre, aussi m'efforcerai-je dans les lignes qui suivront, de restituer toute l'ampleur de cette "divination par les morts" (sens effectif et aujourd'hui oublié du terme nécromancie).



La Nécromancie fait partie des plus anciennes formes de magie. Il s'agit de l'art permettant d'entremêler le vivant et le mort, de briser les frontières entre les mondes afin d'obtenir une union fructueuse de la vie et de la mort. Bien qu'incomprise par le plus grand nombre, la nécromancie n'est ni mauvaise ni maléfique. elle est ce qu'elle est, un outil redoutable et redouté, mais encore une fois tout dépend des mains qui manient cet outil.
Un des accomplissements majeurs de la nécromancie est la capacité à interagir avec les esprits des disparus. Ces derniers, suite à certains rituels exigeant une certaine maîtrise de la part de l'initié, peuvent ainsi être confortés, interrogés ou dominés afin d'exécuter la volonté de ce dernier. Les adeptes moins doués auront peut-être du mal à obtenir des résultats spectaculaires, mais ils parviendront toujours à acquérir une certaine forme d'emprise sur les morts. Les nécromanciens ont un rapport respectueux à ces derniers, même s'ils n'hésitent pas à les utiliser lorsque la nécessité s'en fait sentir. Ils sont les grands profanateurs, eux qui ont fait fi des tabous de tous les peuples afin de converser avec les morts. Du moins, c'est ainsi qu'ils sont injustement considérés à cause notamment des erreurs de certains des leurs.
Ceux qui auront la puissance et l'expérience seront pour leur part capables de faire appel aux esprits des défunts, afin de les infuser dans des corps inanimés, donnant ainsi naissance à un serviteur dévoué.
Il leur est également possible de ressusciter hommes et bêtes en usant de leur âme originelle, mais plus le délai entre la mort du sujet et le rituel sera important, plus dangereuse et ardue sera l'opération. Si le nécromancien s'attaque à un cadavre vieux de plusieurs millénaires et qu'il n'a pas fait preuve de prévoyance, il laissera une partie de lui-même dans le processus. Une main, un œil. Le prix est souvent lourd.
Nous parlions tout à l'heure de dialogue avec les défunts. Il est à noter que les esprits invoqués peuvent parfois se révéler plus puissants que l'invocateur lui-même. En ce cas, le nécromancien aura usé de son énergie pour rien, et l'âme quittera le plan matériel pour replonger dans le néant.


A présent que la nature profonde de cette discipline sacrée vous apparaît un peu moins obscure, il est temps que vous en appreniez d'avantage sur l'histoire de cette magie transgressive de fait.

Neloph fut le premier à s'ouvrir à l'Autre Monde. Ce fut lui qui rédigea les premiers traités de nécromancie et ouvrit une discrète académie dans les lointaines montagnes d'Olbera. (A son propos il se dit qu'il était l'ami de certain personnage nommé...Hialmar.) Ainsi naquit l'Ordre des Nécromanciens, aujourd'hui avili, dispersé et méprisé. Les adeptes d'alors ne différaient qu'en très peu de points des mages "normaux". Ils étaient savants, érudits, entièrement dévoués à cette discipline dont l'étude approfondie leur ouvrait les portes d'un monde nouveau. Les initiés s'émerveillaient de converser avec les esprits du passé qui leur contaient les premiers temps d'Astora et leur confiaient en prime nombre de secrets. Hélas, les siècles passèrent et les savoirs s'accumulant dans l'académie attisaient non seulement des convoitises mais aussi des inquiétudes. Sans compter que certains nécromanciens de renom s'étaient émancipés de la fameuse académie afin de pleinement profiter de leur pouvoir, effrayant les populations et semant désordre et chaos dans leur sillage.
Aussi certaines entités décidèrent-elles que les Nécromanciens devaient disparaître. Diverses autorités entrèrent en action simultanément, montant la population contre les "mages noirs" ce qui fut loin d'être le plus difficile. Mais lorsque les armées se trouvèrent rassemblées devant les portes de l'académie, les maîtres nécromanciens se dressèrent dans toute leur puissance et lâchèrent sur les ennemis des bêtes et des hommes dont les noms sont aujourd'hui oubliés. Les morts tuèrent les vivants et les vivants re-tuèrent les morts. Malgré la hargne et le talent des assiégés, l'académie et sa précieuse bibliothèque furent rasées. Il se dit qu'un sortilège lancé par sept formidables mages empêche les quidams de tomber par hasard sur les ruines de cet édifice à la réputation maléfique.

A la suite de ces jours maudits, la réputation des nécromanciens continua de s’altérer puisque les rares survivants cherchèrent à venger leurs maîtres et camarades par tous les moyens. Aujourd'hui il existe certains groupuscules encore partagés entre le désir de revanche et la poursuite paisible de leurs études. Il y a aussi hélas de nombreux initiés malfaisants utilisant cette magie sacrée à des fins personnelles

Nous touchons à présent au terme de cette introduction à la nécromantique. J'ose espérer que mes propos vous auront accordé l'éclairement que vous recherchiez.



Compte principal du site - interdiction d'envoyer des messages-privés.

 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1