Tales of Astora :: Astora :: Noara, désert du monde :: Étendues de sablesPartagez | 
 
[RP] Étendues de sables
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


avatar
Messages : 461

Personnage
Description: [COMPTE PRINCIPAL DU FORUM]. L'écrivain, un vieux personnage au passé tendre et à la vie paisible. Avec sa plume, il donne vie à des mondes et à des univers aussi envoûtants que magiques.


Jeu 9 Juil - 16:45

Cliquez sur l'image pour une plus grande taille



Des dunes de sable à perte de vue, voilà la seule chose que vous verrez. Les ennemis sont nombreux là-bas, entre les bandits, la chaleur écrasante et les Djinns, il est conseillé de ne pas être seul et surtout de savoir où aller. Si le sable est l'unique élément de ce décor aride, les voyageurs se doivent d'avoir eau et provisions.



Compte principal du site - interdiction d'envoyer des messages-privés.


avatar
Messages : 9
Humeur : écailleuse.
Commentaires : Non.

Personnage
Description: Hyelorem est une fanatique, vouant un culte aux dragons, comme le montre son imposant tatouage de dragon sans son dos, dont il est possible de voir le bout de la queue sur son mollet gauche. Il n'est pas difficile de la remarquer si on la cherche, mais elle sait se faire discrète pour ne pas trop attirer l'attention malgré son apparence différente. Si elle vous aborde ou inversement, tout dépend si elle vous demande votre avis sur les dragons ou non. Si c'est le cas répondre dans son sens la transformera en une connaissance gentille et agréable, a l'inverse, mieux vaut ne pas tenter le diable et lui laisser une occasion de tuer un hérétique de plus: vous.


Lun 20 Juil - 15:36

Le désert, j'avais oublié totalement ce qu'étais le désert. Avec ces années passées dans la montagne, je n'avais plus la notion de la marche dans le désert. Deux jours passés à ne voir comme paysage que des dunes qui se ressemblent toutes et un ciel dégagé laissant libre cours à l’acharnement du soleil.

Heureusement pour moi : après six heures de marche j’étais tombée sur le reste d’une caravane. Seulement deux ou trois corps et quelques loques qui servaient de vêtements et un chariot pillé.

A première vue, les cadavres étaient des marchands : de simples itinérants tout aussi pauvres que ma famille. Les corps étaient là depuis un moment, entamés par les charognards. Et vidé de tout objet de valeur. Je pouvais compter au minimum une semaine depuis la mort de ces pauvres gens. Une rapide inspection de ces derniers me permettait de savoir que la gorge avait été tranchée pour chacun.

La posture des corps rendait la scène évidente. Les caravaniers ont été arrêtés puis maitrisés et ensuite exécutés. En observant le dernier corps éloigné des deux autres, je comprenais que c’était une femme qui a certainement été violée. Cela expliquait l’état de ses vêtements déchirés. Vu la position des deux corps masculin et du corps féminin plus éloigné, les deux hommes ont certainement du admirer de force la scène avant de mourir.

Je jurais à voix basse. Des pillards sans foi ni loi, qui ne mériteraient que de mourir dans d’atroces souffrances, des êtres exécrables qui n’ont même pas l’honneur qu’un dragon s’attarde pour mettre fin à leurs agissements. Des abominations. Le même genre de pillard qui tente de cacher son butin arraché par la force dans notre montagne avait causé cette horreur.

Cette pensée découla instinctivement sur une autre : est-ce que mes camarades ont réussis le défi lancé par notre dragon ? Et le saurais-je un jour ? Ces deux réflexions m’attristaient. Elles ne me concernaient plus. Je devais répandre le culte maintenant, et ce n’était pas en m’attardant sur ces corps que je pouvais le faire.

Néanmoins je ne pouvais pas les laisser comme cela  en tant que haute prêtresse, il était de mon devoir de rendre le dernier sacrement à ces pauvres itinérants. Je commençais par tirer  le corps de la femme pour le rapprocher de celui des deux hommes. Une fois cela fait, je ruisselais déjà de sueur, je n’avais pas la corpulence pour une telle chose et c’était difficile de faire bouger un corps plus lourd sur six mètre, mais cela devait fait.

Le soleil tapait fort depuis son élévation, il était désormais à son point culminant. Je le sentais frapper sur mon crane, et si cela continuait je risquais d’aller mal, très mal. Heureusement pour moi, la caravane transportait de vieux tissus, des vêtements sans valeur qui avaient été laissés derrière. Je m’emparais d’une sorte de grand drap et je le découpais avec une de mes dagues.

Pour obtenir une bande de tissu gris d’un mètre de long pour presque quarante centimètres de large. Je l’enveloppais autours de ma tête pour me protéger du soleil. Ça m’évitera d’attraper un mal quelconque.

Je prenais les autres tissus  pour en faire un bûcher simplifié, il y en avait une bonne quantité ce qui me demanda presque vingt minute pour les empiler et les déposer tout autour du bois récupéré sur la caravane. J’obtenais donc en une demi-heure un bucher solide suffisant pour offrir le dernier sacrement à ces trois pauvres personnes. Les tirer sur le bûcher fut facile car il était très proche. Une fois tous les corps déposés dessus je prononçais les dernières paroles :

-Ne soyez pas oubliés pauvres voyageurs ! Par votre mort, vous volerez à travers le monde, aux côtés de nos dieux.

Je me mettais à genoux et baissais la tête. Je restais ainsi pendant une minute devant les trois cadavres. Après quoi je relevais la tête avant de commencer à frotter entre mes mains un petit bâton qui frottait perpendiculairement le bois sur lequel était disposé le tissu, au bout de trois minutes le tissu s’enflamma. Et le feu s’empara des corps la minute qui suivi.

Je murmurais une prière pour les âmes nobles et courageuse tout en pensant qu’au moins la mort de ces pauvres gens n’avait pas été inutile, ce tissu sur ma tête me protégeait suffisamment. Peut-être qu’il me gardera de la folie du soleil.
Je me relevais et repartais vers le nord. Laissant derrière moi le bûcher enflammé, purifiant ces pauvres gens qui n’avaient pas eu de chance.


avatar
Messages : 14


Lun 20 Juil - 17:47

UN SCORPION ROUGE VOUS ATTAQUE !

Alors qu'une individue s'aventurait sur le terrain qu'il avait déjà marqué de son emprunte, un scorpion rouge fit irruption du sable et déploya tout de suite ses grosses pinces en guise d'alerte et de menace.

Il est de couleur rouge foncé et son corps est légèrement recouvert de poils à peine percevables. Bien que son venin soit inoffensif pour les humains, ses pinces quand à elles sont des armes redoutables à ne surtout pas sous-estimer. Du haut de ses 60 centimètres, cet adversaire peut s'avérer très coriace.



avatar
Messages : 9
Humeur : écailleuse.
Commentaires : Non.

Personnage
Description: Hyelorem est une fanatique, vouant un culte aux dragons, comme le montre son imposant tatouage de dragon sans son dos, dont il est possible de voir le bout de la queue sur son mollet gauche. Il n'est pas difficile de la remarquer si on la cherche, mais elle sait se faire discrète pour ne pas trop attirer l'attention malgré son apparence différente. Si elle vous aborde ou inversement, tout dépend si elle vous demande votre avis sur les dragons ou non. Si c'est le cas répondre dans son sens la transformera en une connaissance gentille et agréable, a l'inverse, mieux vaut ne pas tenter le diable et lui laisser une occasion de tuer un hérétique de plus: vous.


Lun 20 Juil - 18:13

Le voyage était trop tranquille pour être vrai. Il fallait bien évidemment qu’un élément perturbateur se montre, sinon ce ne serait pas vraiment le désert que j’ai toujours connu. Je faisais donc face à un scorpion rouge. Une menace certaine surtout lorsqu’il défend son étendue de sable. Étant seule il devait me prendre pour une proie facile.

Heureusement pour moi je savais me défendre face à cet animal. Ce ne serait pas le premier que je croisais et pour avoir déjà mangé de la viande de scorpion… Ce n’était pas si infect. Cela allait peut-être me faire tenir le reste du voyage.

Je sortais mes deux lames courbées qui étaient attachées à ma ceinture. Puis je me mettais en garde. Les intentions de l’animal étaient prévisibles, il est fort probable qu’il ne joue pas la carte de la patience et me charge pour m’attaquer.

Et même si l’animal est vif je pouvais aisément le mettre en mauvaise posture. En jouant sur ses pinces qui sont une arme avec une efficacité relative. Seul sol dard avait un angle d’attaque plus grand je devais donc blesser le scorpion à cet endroit en premier. Pour me permettre une facilité de manœuvre évidente et donc un avantage facile à prendre en main.


avatar
Messages : 14


Lun 20 Juil - 18:20

UN SCORPION ROUGE VOUS ATTAQUE !

L'intrus n'avait pas reculé devant ses menaces, bien au contraire. Ce dernier se mit en position de combat et attendait le moment propice pour riposter.

Le scorpion ne se laissa pas intimider et chargea vers l'humaine avec les fines aiguillons venimeux au bout de ses pinces.



avatar
Messages : 9
Humeur : écailleuse.
Commentaires : Non.

Personnage
Description: Hyelorem est une fanatique, vouant un culte aux dragons, comme le montre son imposant tatouage de dragon sans son dos, dont il est possible de voir le bout de la queue sur son mollet gauche. Il n'est pas difficile de la remarquer si on la cherche, mais elle sait se faire discrète pour ne pas trop attirer l'attention malgré son apparence différente. Si elle vous aborde ou inversement, tout dépend si elle vous demande votre avis sur les dragons ou non. Si c'est le cas répondre dans son sens la transformera en une connaissance gentille et agréable, a l'inverse, mieux vaut ne pas tenter le diable et lui laisser une occasion de tuer un hérétique de plus: vous.


Lun 20 Juil - 18:46

Comme prévu, le scorpion me chargea toutes pinces en avant. Je savais que le bout des pinces était empoisonné, mais je m’en fichais un peu. Il ne me touchera pas. L’animal était juste devant moi, parer ses pinces était impossible, les bloquer reviendrais à me prendre un coup de dard très douloureux.

Sa taille n’était pas un avantage, sa petitesse me permettait de passer au-dessus d’un bond bien préparé et c’est sur cela que je comptais l’emporter. Alors qu’il me chargeait, je fis de même ; la distance qui nous séparait n’était pas énorme.

Et la seconde avant qu’il ne soit a portée pour utiliser ses pinces, je prenais mes appuis et bondissais. Je comptais sur le fait qu’il n’était pas préparé à frapper avec son dard dès le début et ce pari fonctionna à merveille, j’atterrissais derrière le scorpion.
La réception était cruciale, il fallait qu’elle soit rapide, pour me permettre de le blesser avant qu’il ne se retourne. Le sable est un élément important, il me ferra glisser, heureusement que nous étions en terrain plat, car en pente, ce n’aurait pas été la même chose.

Je me réceptionnais sur mes deux jambes et j’utilisais ma main droite pour me stabiliser le plus vite que possible. Cela fait, avec mes deux lames croisées en forme de X, je sectionnais la queue du scorpion. Son Dard tomba sur le sol, avec la majeure partie de sa queue. Maintenant que c’était fait, il n’avait plus aucune chance, il suffirait juste que je me poste sur son dos, et que je lui plante la lame dans le crâne.

Le scorpion, blessé comme il était, n’avait plus grand-chose à tenter, il fuyait donc. Je ne lui laissais pas le temps de prendre la fuite. Je me lançais à sa poursuite, il courait vite le bougre. Et dans un ultime pas, je me propulsais pour lui atterrir dessus.

Au lieu de m’accrocher sur lui avec mes mains, j’utilisais mes lames qui s’enfonçaient dans sa chair, le scorpion paniqua, et tentait de se débattre, mais ses pinces ne pouvait pas m’atteindre, moi qui étais derrière lui. Je retirais ma dague de droite et je l’enfonçait dans son crâne mettant fin à son tourment.


avatar
Messages : 14


Lun 20 Juil - 21:56

Musique d'ambiance :

La nuit commença à s'abattre sur le grand désert. La chaleur insupportable donna place à un vent doux et relaxant qui laissait un courant d'air souffler à l'abandon... et ce rajoutent à cela les merveilleuses étoiles percevables dans le ciel, dont les Trois Lunes. Il existe dans les étendues de sable des rochers où il est possible de s'abriter et de passer la nuit, en égarant la crainte qu'une créature nocturne puisse s'en prendre à vous durant votre sommeil.



avatar
Messages : 9
Humeur : écailleuse.
Commentaires : Non.

Personnage
Description: Hyelorem est une fanatique, vouant un culte aux dragons, comme le montre son imposant tatouage de dragon sans son dos, dont il est possible de voir le bout de la queue sur son mollet gauche. Il n'est pas difficile de la remarquer si on la cherche, mais elle sait se faire discrète pour ne pas trop attirer l'attention malgré son apparence différente. Si elle vous aborde ou inversement, tout dépend si elle vous demande votre avis sur les dragons ou non. Si c'est le cas répondre dans son sens la transformera en une connaissance gentille et agréable, a l'inverse, mieux vaut ne pas tenter le diable et lui laisser une occasion de tuer un hérétique de plus: vous.


Mar 21 Juil - 0:11

J’avais du mal à me dire convaincre c’était bel et bien un abri pour la nuit. Après cette journée de marche éreintante. Trouver un endroit sûr pour dormir était comme le cadeau envoyé par les dragons en récompense.

Je m’approchais des rochers ; qui était regroupés dans le creux entre deux dunes. C’est un endroit rare dans ce désert, une zone sure, aucune créature ne vivait dans un tel lieu. Ce genre d’occasion n’était pas à laisser passer.

Sous l’éclairage des trois lunes je m’approchais des quelques rochers. Une rapide inspection me permettait d’être certaine que rien ne s’y trouvait. Je m’asseyais donc, dos à la roche. Je regardais mes deux lames ensanglantées. Je passais lentement mon index gauche sur le plat de ces dernières pour effacer les traces de sang et de combat.

Dos contre la roche et la tête posée sur cette surface dure, je n’oubliais pas malgré la fatigue de remercier les dragons de m’avoir fait vivre un jour de plus. Et je priais pour que cela dure le plus longtemps que possible pour me permettre d’accomplir tout ce qui avait à être accomplit en leur nom. Mes paroles se perdirent dans le vent léger et c’est en observant les trois lunes et le ciel infini que je sombrais dans le sommeil.


Contenu sponsorisé





 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1